À propos de Geneviève Amyot 

Poète et romancière née en 1945 et décédée en juin 2000, Geneviève Amyot a fait ses études en pédagogie à l’École normale Notre-Dame de Québec et à l’Université Laval, où elle a obtenu une licence en lettres en 1969. Après une carrière dans l’enseignement du français au niveau primaire et de la littérature au niveau collégial, elle se consacre à l’écriture. Elle a publié plus d’une douzaine de recueils de poésie, de romans et de récits, dont notamment : La mort était extravagante (1975, Éditions du Noroît), Dans la pitié des chairs (1982, Éditions du Noroît),Corps d’atelier (Éditions du Noroît,1990 : Premier Prix de poésie Terrasses Saint-Sulpice de la revue Estuaire et finaliste au Prix du Gouverneur général), Je t’écrirai encore demain (Éditions du Noroît,1994).

Il est également possible de découvrir certains des thèmes les plus riches de son oeuvre, - tels l’urgence de créer, la maternité, l’enfance, la mort - dans Que vous ai-je raconté, fruit de sa correspondance avec le poète Jean Désy entre 1990 et 2000 (Éditions du Noroît, 2012).

Son écriture profonde se dirige parfois vers un être absent, sous forme de récit poétique formant un livre de poésie en prose. Œuvre discrète à l’image de celle qui l’a créée, voix rendue forte par sa fragilité et ses tremblements, son monde se forge de quotidien, de sentiments simples et nobles, de vie sans gloire faite d’une humanité qui aime, désire, souffre et meurt.
– Source : Les voix de la poésie

Pour en connaître davantage sur Geneviève Amyot et son œuvre

Sa bibliographie

L'infocentre littéraire des écrivains québécois

Quelques articles

"Geneviève Amyot : entre le rituel et la passion", Françoise Cléro
"Geneviève Amyot ou la mémoire vivante", Jean-Noël Pontbriand